Le KKE interdit aux autres militants de gauche de venir à ses événements publics

Je suis membre de l’Initiative de Solidarité avec  la Grèce qui résiste à Bruxelles. Il s’agit d’un groupe de jeunes Grecs qui vivent et travaillent en Belgique, qui vise à organiser des manifestations d’information et de solidarité avec la lutte du peuple grec contre la politique des memoranda. Notre initiative rassemble des électeurs ou des membres / amis de toutes les trois formations de la gauche radicale grecque (Syriza, KKE, Antarsya) ainsi que de personnes qui veulent agir indépendamment de préférences partisans.

Récemment,  on a fait un appel à soutenir la proposition de loi du KKE pour l’abolition unilatérale par la Grèce des accords de prêts avec la Zone Euro et les mémoranda de l’austérité qui vont avec. On a soutenu, parce que – comme nous l’avons écrit dans nos textes pré-électoraux – nous considérons cette abolition comme une condition absolue pour servir les intérêts de la grande majorité des citoyens Grecs. On n’est donc clairement pas une Initiative qui est contre le KKE. Au contraire on l’a invité plusieurs fois intervenir à nos éventements sans jamais recevoir une réponse.

Le 27 Octobre, la fédération de la Belgique et des Pays-Bas du KKE a organisé un débat public avec le thème «conclusions de la lutte de 9 mois de Métallurgistes Grecs: apprentissages et expériences». (voir aussi l’affiche). Un des grèvistes métallurgistes était invité à donner son témoignage lors de cet événement.

Avec l’Initiative on a organisé trois éventements de soutien à cette grève à Bruxelles (examples 1,2) , on a récolté des fonds et on a fait des interventions publiques. J’étais donc personnellement intéressé à écouter ce que le gréviste avait à dire mais aussi les conclusions qu’en tire le KKE. Le débat avec le public pourrait être aussi très intéressant, surtout à partir du moment qu’il y avait une interprétation en français et en néerlandais, qui rendait le débat accessible aux camarades Belges de diverses organisations politiques.

Mais quand je suis arrivé là, deux hommes qui étaient à la porte m’ont informé que je ne peux pas entrer parce que aux élections du 17 juin 2012 j’étais candidat avec une liste différente que celle du KKE (Antarsya, la coalition de la gauche anticapitaliste). J’ai demandé si  c’est seulement les candidats d’Antarsya qui sont exclus ou de toute autre liste électorale. Ils m’ont répondu que tous les autres partis grecs sont exclus parce qu’ils sont tous pris position contre la classe ouvrière. Je suis parti en étant complètement surpris.

En peu plus tard un autre membre de l’Initiative a tenté d’entrer. Ils lui ont dit qu’il ne peut pas parce qu’il est membre d’Antarsya. Après qu’il a expliqué qu’il n’est pas membre d’un parti mais juste de l’Initiative, ils l’ont laissé entrer. Tous les camarades du KKE présents n’avaient pas exactement le même avis, ce qui montre qui il n’y avait même pas de clarté entre eux concernant qui peut entrer et qui non. Quand le membre de l’Initiative a avancé que c’est quand même normal d’être là après tout l’effort que l’Initiative a réalisé en faveur de la lutte de métallurgistes, la réponse d’un camarade du KKE a été que l’activité de l’Initiative vise à «désorienter » la classe ouvrière.

Ce comportement contre les membres de l’Initiative qui sont venus dans cet éventement est insultant à l’égard de l’ensemble du collectif qui essaie de rester ouvert et d’avoir des bonnes relations avec toutes les forces de la gauche. Il est aussi problématique quand elle a lieu pratiquement dans un contexte international et dans un moment ou la discussion ouverte entre les forces de la vraie gauche européenne est plus que jamais nécessaire.

Heureusement, le jour d’après on a eu l’occasion de discuter ouvertement entre camarades avec les camarades du PTB, du PC, de l’lzquierda Unida et d’autres, lors de l’éventement organisé par la Federazione Comunista del Belgio et Alternatives à Bruxelles.

L’exclusion de personnes sur la seule base d’avoir un point de vue différent ne peut que faire du mal dans les efforts de la vraie gauche à mobiliser les travailleurs.

Yiorgos Vassalos

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s


%d bloggers like this: